S’informer sur la maladie

Autres addictions

 

L’addiction se caractérise par l’impossibilité répétée de contrôler un usage ou un comportement nuisible en dépit de la connaissance des conséquences négatives.

 

Différents types de dépendances

La notion de conduite addictive ne se limite pas au mésusage de l’alcool. Elle concerne la dépendance à :

  • D’autres substances psycho-actives : licites (tabac, café…) ou illicites (cannabis, cocaïne, héroïne, ectasy…).
    L’usage détourné de prescriptions de médicaments ou de traitement de substitution.
     
  • Les dépendances comportementales, sans substances (achat compulsif, jeu, addiction au sexe, cyberdépendance).
     
  • Les troubles des conduites alimentaires (anorexie, boulimie) également  classés aujourd’hui sous cette dénomination.
     

 

La polyconsommation

Cela désigne le fait de consommer, avec une certaine fréquence, au moins deux substances psycho-actives (alcool et cannabis par exemple). Longtemps limitée au tabac, elle concerne aujourd’hui d’autres produits et se retrouve chez un nombre conséquent de jeunes usagers.

Les centres de soin reçoivent de plus en plus de ces patients polyconsommateurs, des jeunes en particulier. Ils doivent donc s’adapter à ces nouveaux types de consommation en proposant des protocoles de soins appropriés.

Constatant une grande similarité entre ces dépendances, des groupes d’entraide plus spécifiques liés à l’usage de différents produits ou de comportements se sont ouverts. C’est le cas par exemple de groupes se basant sur le programme des 12 étapes et des 12 traditions des Alcooliques Anonymes (approches concernant les narcotiques, la boulimie, les compulsions liées à l'argent, à la sexualité, aux dépendances affectives…).

 

 

Les conséquences en matière de santé publique

La polyconsommation potentialise les risques pour la santé
(par exemple, l’association alcool-tabac augmente considérablement les risques de cancer des voies aérodigestives).

Les risques d’accidents sont également multipliés : sur la route, il est multiplié par 15 en cas de consommation conjointe d’alcool et de cannabis.