Un mouvement fraternel

Nos moyens d’action et d’entraide

 

Les rencontres

  • La réunion régulière : « Dans l'écoute respectueuse et la discrétion, chacun est libre de parler, comme il est libre de venir ou non. Cette double préoccupation répond aux deux problèmes qui sont au coeur de l'alcoolisme et de la toxicomanie : le déni et la dépendance ». Dr Marie-Claude Gallard
     
  • Un soutien tant spirituel que moral des personnes atteintes et de leur entourage.
    Cet accompagnement doit se faire dans la confidentialité la plus absolue. Statuts, article 4.5
     
  • Au moins une journée par an : un temps de réflexion par fraternité, autour de thèmes riches et variés ; ceux de la guérison et du pardon reviennent souvent.
     
  • Le 14 juillet, les fraternités diocésaines sont invitées à prier Notre-Dame de Toute-Aide de Querrien, dans la commune de la Prenessaye (Côtes d'Armor), seul lieu d'apparition de Marie, en Bretagne, reconnu par l'Église. D'autres pèlerinages diocésains, régionaux ou nationaux nous réunissent.
     
  • Une récollection nationale accompagnée de l'AG nous réunit une fois par an dans la réflexion et l'amitié.
     

Le bulletin dans lequel nous partageons la vie de nos fraternités.


La prière

Au cours de nos rencontres, nous prenons un temps de prière pour confier au Seigneur les joies et les souffrances de chacun d'entre nous. Nous demandons la grâce de la guérison et le soutien de l'entourage. Nous célébrons l'eucharistie quand un prêtre est parmi nous. Entre deux réunions, chacun dans sa prière personnelle est appelé à porter les membres de la Fraternité et les intentions confiées.


L'information

Si nous ne voulons pas rester dans « l'angélisme »; nous avons à nous informer sur la maladie, pour à notre tour informer selon nos compétences. Ceci dans le respect et l'attention au message évangélique qui appelle à se relever. Toute personne ayant une connaissance dans le domaine des addictions est la bienvenue. Ainsi, médecins alcoologues. psychiatres, assistants sociaux, sympathisants, sont régulièrement invités à parler, en particulier lors de notre week-end annuel d'assemblée générale.

Il est rappelé que, selon les souhaits exprimés par — à l'époque - le comité épiscopal pour la santé, outre les réunions de spiritualité ou d'aide aux malades ou à leur entourage, il est essentiel pour la Fraternité, de se tenir au courant de l'évolution des connaissances sur les addictions. Statuts article 4. 4 :


Le jeûne d'alcool

Parmi nous, l'abstinence s'impose à nos soeurs et frères dépendants. Par solidarité avec ceux pour qui c'est une nécessité, nous proposons l'abstinence volontaire aux autres membres qui le désirent, tout au moins durant le carême et le 24 juin, jour de la fête de Saint Jean-Baptiste.

« Parce que tu ne bois pas, tu m'aides à croire que pour moi aussi c'est possible. Et donc,  je vais essayer ! » Jean-Pierre

Si l'abstinence totale d'alcool n'est pas une obligation absolue pour les membres de l'entourage, il n'en demeure pas moins qu'elle est vivement recommandée par solidarité avec ces malades. Elle peut être totale ou pratiquée à certaines périodes de l'année, notamment pendant le carême et le 24 juin.
La consommation de toute boisson alcoolisée, quel qu'en soit le degré, est proscrite au cours des réunions de travail, comme des rencontres conviviales de la Fraternité. Statuts, article 3.3