Nous avons une prière qui nous est commune et que nous aimons dire :

 

Seigneur Jésus, toi qui es le Bon Berger,
Tu recherches la brebis égarée.
Tu es venu appeler les malades et les pécheurs.
Et nous, malades de l’alcool,
malades de la drogue ou d’autres dépendances,
et nous les entourages, nous crions vers Toi !
Tu nous appelles tous à la conversion.
Nous nous décidons à faire aujourd’hui Ta volonté.
Aide-nous à vivre libres de toute dépendance
et à témoigner par notre abstinence et notre sourire
d’une vie heureuse et utile au service de nos frères.
Vierge Marie, mère du Sauveur, saint Jean-Baptiste, priez pour nous.
Merci Seigneur Jésus de répondre à notre prière.

 

 

 "Là où deux ou trois se trouvent réunis en mon nom, je suis au milieu d'eux" Matthieu 18, 20

 

Le fait de savoir que nous sommes réunis dans la prière, particulièrement pendant ces moments, peut nous aider à renforcer nos convictions spirituelles et fraternelles, et apporter à nos frères dépendants, le soutien et la guérison que notre Père du ciel voudra bien leur accorder. Très fraternellement à tous. Alex

 La fraternité de Bayonne-Anglet (64), par exemple, invite les membres des fraternités diocésaines qui le désirent ou toute autre personne qui le souhaitent à prier chaque jour, de 8 h15 à 8 h30 ou (et) de 20 h15 à 20 h30.

Vous pouvez aussi retrouver dans l'onglets "fraternités locales" les jours de rencontre pour vous y associer.

Enfin, nous accueillons vos intentions de prière pour un proche ou pour vous mêmes qui souffrez d'addiction,

dans la rubrique contact.

 

 

Textes de prière

Supposons qu’un beau jour le Seigneur réponde à notre « Notre Père »

Toi mon fils qui es sur terre.
Préoccupé, solitaire, soumis à la tentation.
Je connais parfaitement ton nom
Et le prononce en le sanctifiant
Parce que je t’aime.

Tu n’es pas seul, je vis en toi
Et ensemble, nous construisons le Royaume.

Je veux que tu fasses ma volonté
Car ma volonté c’est que tu sois heureux,
Puisque ma gloire
Est celle
De l’homme vivant.

Compte toujours sur moi
Et tu auras le pain de chaque jour.
Ne t’inquiète pas,
Je te demande seulement
De le partager.

N’oublie pas que je te pardonne
Avant même que tu ne m’aies offensé.
Fais de même sans réserve.
Et pour que tu ne succombes pas
A la tentation,
Serre bien fort ma main :
Je te délivrerai de tout mal,
mon cher fils aimé.

 

 

À vous tous, la  Prière d’Hubert Ren

 

Alors que tu te crois seul avec tes soucis ou ta maladie, beaucoup sont avec toi au service de la vie. Des mains ouvertes te sont offertes : mains qui s’élèvent, mains qui élèvent, mains des médecins et des voisins qui prennent soin, mains du cœur, mains de frères et sœurs, et aussi mains du Seigneur.

 

Ecoute, il te dit : malgré ton corps ou ton cœur endolori affronte le monde ou la haute mer, sois sans crainte et va vers tes frères, car eux aussi, dans le tourbillon de la vie, ont besoin de tendresse et d’amis.

 

Prière d’Hubert Ren


Laissons-nous aimer, offrons nos mains ouvertes et vides ! Voilà la plus belle façon d’accueillir ! Il y a en nous bien des peurs de manquer ou d’échouer, bien des nuits que l’Astre d’en haut vient illuminer, réchauffer, grâce à la tendresse de notre Dieu. Plus nous choisirons de nous tourner vers lui dans la confiance, plus nous en serons libérés. Croyons en son amour, croyons à l’amour dans notre vie, nous verrons de grandes choses. 

 

 

 Méditation : Attention, nous dit Jésus, ton prochain n’est pas un danger, mais ton salut !

 

  La voie de l’évangile paraît parfois bien étroite. Et le but d’un commentaire n’est pas d’en diminuer l’exigence.

                Non pas que l’évangile soit là pour nous donner mauvaise conscience ; il vient nous empêcher de nous installer dans notre confort. Il y a des conforts agréables, comme il y a aussi des conforts glauques, des conforts où on est malheureux, des conforts où on crève de solitude, mais qui restent des conforts tout de même.

 

                   La voie de l’évangile pour m’arracher aux conforts qui m’isole, c’est mon frère. C’est lui qui, par sa détresse matérielle ou morale, par ses idées qui me surprennent, par ses manières de faire qui ne sont pas les miennes, vient m’empêcher de devenir un vieux garçon spirituel, perclus d’habitudes qui deviennent vite des manies.
Mon réflexe sera de me protéger de ces autres qui remettent en question ma vie bien agencée.
Attention, nous dit Jésus, ton prochain n’est pas un danger, mais ton salut ! Si tu t’en protèges, si tu le fuis, tu seras aussi seul que le riche qui ne voyait même plus Lazare et sa misère.

 

                   Dans la plupart des couvents et monastères, les frères prient en se faisant face. Je prie Dieu, mais celui que j’ai sous les yeux, c’est ce frère qui m’agace, ce frère dont la détresse m’inquiète et que je ne veux pas voir ; ce frère fait à l’image de Dieu, dont il est, de l’aveu même de Dieu, l’icône la plus ressemblante.

 frère Adrien Candiard op

 

La beauté humaine - Jean Vanier

 

La Beauté humaine
c’est de s’accepter enfin tel qu’on est.
Ne plus vivre
dans les rêves ou les illusions,
dans la colère ou la tristesse,
ne plus rien avoir à prouver,
ne plus avoir besoin de fuir ;
avoir le droit d’être soi-même.

 

C’est alors qu’on se découvre aimés de Dieu,
précieux à ses yeux.

 

Peut-être n’est-on pas appelé
à faire de grandes choses de sa vie,
à briller comme un soleil,
mais on est appelé à aimer et à s’aimer.

 

Chacun où on en est,
comme on est,
avec ses fragilités, ses handicaps.
On est appelé à accueillir et aimer
et à communiquer ainsi la vie.

 

 

 

 

Marie Odile nous partage cette prière :

 

Père, c'est à toi que je m'adresse en ce moment,

Avec une confiance tranquille et paisible.

Ton fils m'a appris que tu étais mon Père,

Qu'il ne fallait pas t'appeler d'un autre nom.

Tu n'es que Père.

Père, je viens simplement te dire que je suis ton enfant.

Je te le dis sérieusement,

et pourtant avec l'envie de rire et de chanter,

Tellement c'est beau d'être ton fils, ta fille.

Mais c'est sérieux, car tu m'as tellement aimé. Et moi si peu.

Père, fais de moi ce que tu veux.

Me voici pour faire ta volonté.

Fais moi marcher sur le même chemin que ton Fils.

Entrant en relation avec tous, dans ton amour.

Père, je n'ai que peu de forces, mais j'ai la tienne.

Me voici, travaille en moi, taille et coupe !

Soulève-moi ou laisse moi tout seul,

Je ne veux jamais te faire l'injure d'avoir peur,

De croire que tu m'oublies

Et si je trouve la croix très lourde et que je n'y vois plus,

Je pourrais du moins te répéter inlassablement

que je crois à ton amour et que j'accepte ta volonté.

Père, voici ma vie pour en faire ce que tu voudras

Pour que tu fasses un lieu de ta vie.

Mais tu ne pourras empêcher que partout où tu m'enverras,

Joyeux ou désolé, malade ou bien-portant, comblé ou humilié,

l'Esprit en moi appelle impétueusement ton amour,

l'amour pour mes frères et sœurs les hommes.

Père, voici ma vie, mais donne moi mes frères et mes sœurs

Qu'avec eux je joigne ma voix pour te dire :

Notre Père qui es aux cieux,...

 

Marc Rossier